Le Journal de Blumka

Le Journal de Blumka

Spectacle pour enfants

récompensé par le prix spécial du Défenseur des Droits

pour les 25 ans de la CIDE (2015)

 

 

durée du spectacle 35 minutes, suivi d’un échange avec les enfants 

– durée totale : 1 heure –

L’histoire en quelques mots…

Basée sur une histoire vraie,
Blumka raconte la vie ordinaire du 92 rue krochmalna, à Varsovie, un orphelinat fondé par Janusz Korczak.

C’est là que ce médecin génial a inventé des manières originales pour apprendre à aimer apprendre et pour mieux vivre ensemble.

Au fil des quatre saisons, Blumka raconte son quotidien dans cette maison pas comme les autres :
Zygmus, qui sauve la vie d’un poisson argenté,
Pola, qui veut faire pousser un petit pois dans son oreille, Caillou, qui transporte du charbon dans un pot de chambre …

Qui était Janusz Korczak ?

Janusz Korczak est né le 22 juillet 1878 et mort le 6 août 1942. De son vrai nom Henryk Goldszmit, Janusz Korczak était un pédiatre et écrivain polonais. Avant la Seconde Guerre mondiale, il est une des figures les plus réputées de la pédagogie de l’enfance.

Auteur de nombreux livres pour enfants et adultes, journaliste (radio, presse écrite) il a mis l’enfant au centre de sa vie et de son œuvre en apportant sa vison révolutionnaire : L’enfant est un être humain comme les autres. On constate aujourd’hui qu’il est toujours d’une actualité saisissante. Et son action mérite d’être mieux connue en France, auprès des enfants comme des adultes.

Janusz Korczak est par ailleurs considéré comme le père spirituel de la Convention Internationale des Droits des Enfants puisqu’il est le précurseur de la mise en pratique des droits positifs de l’enfant (droits d’expression, de participation, d’association, etc.) officiellement établis le 20 novembre 1989 par les articles 12 à 17 de la Convention des Nations unies pour les droits de l’enfant, un texte et un acte politique majeur dont il exigeait l’élaboration depuis la fin du XIXe siècle.

Soixante-dix ans après sa mort, l’histoire et l’œuvre littéraire, pédagogique, philosophique et sociale du « Vieux docteur », encore méconnues en France, interpellent toujours l’ensemble des pratiques et des regards des adultes sur les enfants et les jeunes.

Il a été déporté vers Treblinka avec 200 enfants juifs du ghetto de Varsovie dont il s’occupait dans son orphelinat : Dom Shirot (la Maison de l’Orphelin).

Pourquoi adapter le « Journal de Blumka » ?

Ce livre fascine et attire tous les enfants qui le découvrent. Il développe leur curiosité et amène de nombreuses questions sur cet orphelinat pas comme les autres où les enfants ont le droit de s’exprimer, et disposent même d’un tribunal pour gérer leurs conflits.

Dans ce livre, au delà de la vie des enfants de l’orphelinat, les enfants découvrent la pédagogie Korczakienne basée sur le respect des enfants et leur responsabilisation à la vie en groupe. Ce livre parle également de leurs droits. Nous avons donc souhaité rendre ce livre vivant au travers du théâtre.